radiotamtam.org/ads.txt. google.com, google.com,google.com, pub-3931649406349689, DIRECT, f08c47fec0942fa0/ ===

La Kenyane Faith Kipyegon bat le record du monde qu'elle détenait auparavant Actualité Afrique 2050 10 juillet 2024

10 juillet 2024 à 17h16 - 303 vues

Par RADIOTAMTAM AFRICA

Le Nigeria envisage de suspendre les taxes à l'importation sur certains aliments

Le gouvernement nigérian envisage de suspendre les taxes sur certaines importations alimentaires pour faire face à la flambée des prix et à l'escalade de l'inflation qui touchent les citoyens du pays, selon un haut responsable de la présidence. La politique, qui sera officiellement présentée bientôt, comprend une fenêtre d'importation en franchise de droits de 150 jours pour des produits clés tels que le maïs, le riz brun décortiqué, le blé et le niébé. Le gouvernement importera également 500 000 tonnes de blé et de maïs pour augmenter l’offre. Au-delà de cela, diverses initiatives agricoles sont mises en œuvre pour augmenter la production nationale et assurer la sécurité alimentaire à long terme. Cette initiative est la dernière tentative du gouvernement pour freiner l'inflation alimentaire toujours croissante, qui a atteint 40,66%, dans ce pays d'Afrique de l'Ouest. Cette décision a été saluée par les leaders du secteur, notamment le président national de l'Association nigériane des chambres de commerce, d'industrie, des mines et de l'agriculture (NACCIMA).

SOURCE : ARISE TV

Un rapport de l'ONU affirme que l'armée ougandaise a aidé les rebelles du M23 en RD Congo

Un rapport des Nations Unies a révélé que l'armée ougandaise a apporté son soutien au groupe rebelle M23 dans l'est de la République démocratique du Congo. Le rapport affirme que l'Ouganda n'a pas réussi à empêcher la présence et le mouvement des troupes du M23 sur son territoire. Il a en outre déclaré que le groupe d'experts du Conseil de sécurité de l'ONU disposait de preuves selon lesquelles les responsables militaires ougandais soutenaient activement les rebelles du M23 et organisaient des réunions pour les dirigeants du groupe rebelle, y compris le Sultani Makenga, sanctionné. L'Ouganda a depuis nié ces allégations, affirmant qu'il ne voudrait pas mettre en péril ses relations avec le Congo, qui sont actuellement au meilleur qu'elles aient jamais été. L'ONU accuse depuis longtemps le Rwanda de soutenir les rebelles du M23 et, dans son rapport, affirme que 3 000 à 4 000 soldats rwandais combattent aux côtés des rebelles. Comme l’Ouganda, le Rwanda a également nié ces allégations.

SOURCE : L'AFRIQUE DE L'EST

L'armée américaine retire ses troupes de la base aérienne du Niger


L'armée américaine a retiré son personnel de la base aérienne nigérienne 101 à Niamey avant un retrait similaire de sa principale base de drones près d'Agadez, qui aura probablement lieu en août. Cette décision intervient après que la junte au pouvoir au Niger, arrivée au pouvoir à la suite d'un coup d'État l'année dernière, a qualifié d'illégale la présence américaine dans cet État d'Afrique de l'Ouest et a exigé l'évacuation totale de tous les soldats américains d'ici le 15 septembre. Le ministère de la Défense a noté l'achèvement sans problème du retrait. Selon le général de division de l'armée de l'air américaine Kenneth Ekman, l'armée américaine va désormais travailler à l'évacuation de la base de drones d'une valeur de 100 millions de dollars près d'Agadez, qui avait été utilisée pour recueillir des informations utilisées pour cibler les militants de l'État islamique et les affiliés d'Al-Qaïda au Sahel. Parallèlement, le Niger a renforcé ses liens avec la Russie, qui a envoyé des entraîneurs militaires et mis en place un système de défense aérienne.

SOURCE :  INITIÉ À L'ENTREPRISE

Un tribunal ougandais emprisonne un homme accusé de financement du terrorisme


Un Ougandais, Swalleh Abubakar, a été placé en détention provisoire pour des accusations liées au terrorisme, car il aurait soutenu les Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe rebelle allié à l'État islamique (EI). Le groupe, qui a commencé comme un soulèvement en Ouganda et est maintenant basé au Congo, a été associé à de nombreuses attaques meurtrières, notamment un triple attentat suicide à Kampala en 2021 et une attaque dans une école en 2023 qui a tué 37 personnes. Des documents judiciaires ont révélé qu'Abubakar, 31 ans, extradé de Zambie, est accusé d'avoir recruté des combattants et fourni un soutien matériel aux ADF, notamment en mobilisant des fonds et en se procurant des articles tels que des montres numériques et des batteries externes. Les accusations couvrent les activités de 2018 à avril 2024, en Ouganda, en RDC, en Tanzanie, en Zambie et en Afrique du Sud. Abubakar n’a pas été autorisé à plaider car son affaire ne peut être jugée que devant un tribunal supérieur.

SOURCE : REUTERS

Le chef d’une secte kenyane entame son procès pour terrorisme

Le procès de Paul Nthenge Mackenzie, un chef de secte kenyan accusé de terrorisme pour son rôle présumé dans la mort de plus de 400 adeptes, a commencé à Mombasa. Mackenzie, qui a été arrêté en avril de l'année dernière, aurait incité ses partisans à mourir de faim pour « rencontrer Jésus ». Aux côtés de 94 coaccusés, il fait également face à des accusations de meurtre, d'homicide involontaire, d'enlèvement et de torture d'enfants dans des affaires distinctes. Mackenzie et ses coaccusés ont plaidé non coupables des accusations de terrorisme lors d'une comparution devant le tribunal en janvier. L'affaire, surnommée le « massacre de la forêt de Shakahola », a permis de découvrir plus de 440 restes. Selon les autopsies réalisées sur les victimes, la faim était la principale cause du décès. Cependant, certaines victimes ont également été étranglées, battues ou étouffées. L'affaire a suscité des critiques à l'encontre de la police kenyane et un engagement du président William Ruto à réglementer les mouvements religieux dans le pays.

SOURCE : LE GARDIEN

Les législateurs gambiens adoptent des recommandations pour maintenir l’interdiction des MGF

Les législateurs gambiens ont approuvé les recommandations du comité mixte national sur la santé et le genre visant à maintenir l'interdiction du pays sur les mutilations génitales féminines (MGF). Cela ouvre la voie à un vote crucial le 24 juillet concernant la potentielle décriminalisation de cette pratique. L'approbation a eu lieu lundi avec 35 législateurs votant pour, 17 contre et deux s'abstenant. Bien qu’interdite depuis 2015, cette pratique reste répandue dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. L'année dernière, le mécontentement du public contre l'interdiction a atteint un sommet lorsque trois femmes ont été condamnées pour avoir excisé huit petites filles. Ces condamnations, les premières depuis la promulgation de la loi interdisant cette pratique, ont déclenché des réactions négatives et conduit au débat législatif actuel sur l'opportunité de l'abroger ou de le maintenir. Si le Parlement vote en faveur de la décriminalisation des MGF, la Gambie deviendra le premier pays à revenir sur son interdiction. Les partisans de la décriminalisation soutiennent qu’elle porte atteinte aux pratiques culturelles et religieuses.

SOURCE : VOA

Les réfugiés soudanais confrontés à de graves difficultés au Tchad voisin

La guerre civile au Soudan, entre le général Abdel Fattah al-Burhan des forces armées soudanaises et le général Mohamed Hamdan Dagalo des forces de soutien rapide, a poussé de nombreuses personnes à chercher refuge dans les pays voisins, notamment au Tchad. Cependant, ce pays d’Afrique centrale s’est révélé être un véritable défi pour les réfugiés. Avec plus d'un million de personnes déplacées dans le pays, pour la plupart originaires du Soudan, les ressources du Tchad sont limitées. Souvent, les réfugiés luttent pour se nourrir et se loger, et des rapports font état de niveaux élevés de malnutrition chez les enfants. Le pays subit également des difficultés économiques, alors que les prix des produits de base montent en flèche, affectant à la fois les réfugiés et la population locale. En outre, la violence sexuelle contre les femmes a augmenté, et de nombreux réfugiés racontent des expériences horribles. Les agences humanitaires réclament un soutien accru pour gérer la crise croissante et apporter des secours aux populations touchées.

SOURCE :  DW

14 migrants bloqués meurent dans le désert algérien

Quatorze personnes sont mortes après avoir été bloquées dans le désert algérien, près de la frontière libyenne, selon une organisation humanitaire algérienne. Les victimes, tous des hommes âgés de 10 à 55 ans, ont été retrouvées dans le désert de Belguebbour, dans le sud-est de l'Algérie. Douze d’entre eux étaient syriens tandis que les deux autres étaient algériens. L'ambassade syrienne en Algérie a confirmé la nationalité syrienne parmi les défunts et a déclaré que leurs corps seraient renvoyés chez eux pour être enterrés. Les autorités algériennes, en revanche, n'ont pas encore commenté l'incident. Les provinces du sud de l'Algérie sont un point de transit connu pour les migrants africains se dirigeant vers l'Europe. Par conséquent, les traqueurs d’êtres humains sont très présents dans la région et facilitent les opérations de trafic de migrants cherchant à traverser la mer Méditerranée vers l’Europe.

SOURCE : MONITEUR DU MOYEN-ORIENT

Une ancienne star du football sud-africaine cambriolée devant son domicile

L'ancienne star du football sud-africaine Portia Modise a révélé, via une publication sur les réseaux sociaux, qu'elle avait été volée sous la menace d'une arme devant son domicile à Soweto. Modise, le premier joueur africain à marquer 100 buts, a pris sa retraite en 2015 et est depuis devenu entraîneur. Dans une vidéo Instagram sincère, Modise, capitaine de l'équipe nationale Banyana Banyana, a expliqué comment les voleurs ont pris son téléphone portable, ses clés et sa voiture. Elle a révélé qu’elle n’était physiquement pas blessée et a déclaré que, même si elle ne va pas bien, elle est reconnaissante pour la vie. La femme de 41 ans a ensuite lancé un appel aux fans pour qu'ils l'aident à récupérer sa Polo Golf bleue, en fournissant les détails de son enregistrement. Bien que l'incident ait recueilli un large soutien de la part des fans et des supporters, la voiture reste portée disparue.

SOURCE :  BBC

La Kenyane Faith Kipyegon bat le record du monde qu'elle détenait auparavant

La coureuse kenyane Faith Kipyegon a battu dimanche son propre record du monde du 1 500 mètres féminin lors de la réunion de la Ligue de Diamant à Paris, en terminant en 3: 49,04. Cela surpasse son précédent record de 3:49,11, établi en Italie l'année dernière. Kipyegon a déclaré qu'elle croyait que le record était possible après sa performance à la mi-juin aux essais olympiques du Kenya où elle a réalisé un temps de 3:53,98. Kipyegon, double médaillée d'or olympique au 1 500 mètres, a assuré sa place pour les Jeux olympiques de Paris lors des essais de juin. Outre elle, neuf autres coureurs ont réalisé des records personnels dans la course. Jessica Hull, d'Australie, qui a terminé deuxième, a réalisé un temps de 3:50,83, tandis que Laura Muir, d'Angleterre, a terminé troisième avec un temps de 3:53,79. Un autre athlète a battu un record du monde, mais dans un sport différent. L'athlète ukrainienne Yaroslava Mahuchikh a sauté 2,10 mètres pour établir un nouveau record de saut en hauteur lors de l'événement.

SOURCE : ACTUALITÉS AFRIQUE

Contribuez maintenant

3 jour gratuit

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article