Neil Jobet, un Angoumoisin de 34 ans, participait ce samedi au championnat de France de barbe. Il a remporté le prix dans sa catégorie !

Il a gagné ! Neil Jobet a été désigné champion de France de barbe (catégorie barbe naturelle inférieure à 20 cm) samedi soir par un jury de 5 professionnels à Paris. L'Angoumoisin très ému n'en a pas oublié son second degré au moment de monter sur scène: "C'est dur d'être barbu, mais là ça me fait vraiment plaisir!" Il a également eu un petit mot confraternel pour ses concurrents: "Tous les barbus, on est potes !"

Neil Jobet a tout filmé en live, dans une vidéo très drôle qui donne une bonne idée de l'ambiance de la soirée. Découvrez l'annonce de son titre à 7 minutes 19... et son explosion de joie !

La carrure et la parure. 95 kg de muscles et quelques grammes de fantaisie en liberté surveillée sur les mâchoires. Pour entretenir son carré de poil très soigné, Neil Jobet se «prépare comme un boxeur». Cet Angoumoisin de 34 ans, participe ce samedi à Paris au championnat de France de barbe, 2e édition de cette compétition qui va réunir 62 barbes dans six catégories différentes (1).

«J’ai découvert ce concours par hasard au fil d’un reportage sur TF1. Je me suis dit “Quoi un concours dans mon dos, il faut que j’y sois”. J’ai effectué une recherche sur internet et je me suis inscrit», rigole cet apporteur d’affaires d’une entreprise spécialisée dans la domotique, venu en Charente «par amour» voilà sept ans pour rejoindre sa compagne, Audrey.

Le gaillard, footballeur américain pendant des années, n’a pas toujours été barbu. «Ça fera deux ans en octobre que je la laisse pousser suite à un pari avec un ami. J’avais fait plusieurs tentatives mais je trouvais le regard des autres un peu pesant. Un gars comme moi avec une longue barbe visiblement ça fait peur...», glisse t-il avec malice se qualifiant de «mélanoderme», adjectif signifiant «avoir la peau noire».

Neil Jobet avoue une autre raison à cette coquetterie pileuse: «J’avais un oncle très barbu, que je ne connaissais pas, mais que j’avais vu en photo. Il m’a toujours inspiré un respect naturel. J’ai peut-être attendu l’âge d’une certaine maturité. Ma chance c’est d’être plutôt poilu, ma barbe est dense et donc plus facile à domestiquer.»

Depuis qu’il a laissé ses poils en liberté, l’Angoumoisin en prend soin. Grand soin. «Je regarde des tutoriels sur internet, pour l’entretien, savoir comment la tailler. Je m’en occupe moi-même. Il y a des choses importantes à savoir, notamment qu’il faut conserver de l’humidité pour éviter que les poils ne deviennent cassants. Il faut utiliser des baumes et des shampooings spécifiques. Et le plus important un peigne en bois de corne.»

Pour la compétition ce sportif assure s’être préparé comme s’il allait «monter sur le ring» d’un combat de boxe: «J’y vais pour gagner, pas pour faire de la figuration. Je serai dans la catégorie barbe de moins de 20 cm, l’équivalent des lourds légers. Plus sérieusement j’y vais aussi pour m’amuser, échanger avec les autres gars, apprendre des choses, m’informer.»

Neil Jobet qui a été sélectionné comme 61 autres barbus parmi 291 candidats, veut se servir de ce tremplin: «J’adorerais devenir l’image d’une marque de produits pour la barbe. Pourquoi pas aussi lancer une chaîne Youtube, créer une dynamique. Il y a très peu de mélanoderme, je suis un peu une exception.»