AFRIQUE 2050 Nigéria : la France cherche à se remettre de ses relations avec l'Afrique selon le ministre

16 avril 2021 à 15h38 - 780 vues
L'ambassadeur de France au Nigéria, Jerome Pasquier; Président / CE, Dangote Industries Limited, Aliko Dangote; Le ministre français du commerce extérieur et de l'attractivité économique, Franck Riester; et directeur général de la Fondation Aliko Dangote, Zouera Youssoufou lors de la visite commerciale du ministre français au siège social de Dangote Industries à Lagos, le mercredi 14 avril 2021

Par RadioTamTam

Paris travaille sur une manière nouvelle et plus juste de s'engager avec l'Afrique, d'autant plus qu'elle cherche à étendre ses relations bilatérales avec le Nigéria - la plus grande économie du continent, déclare Franck Riester, ministre français du Commerce extérieur et de l'attractivité, dans une interview de Abuja

Le président français Emmanuel Macron a effectué un stage au Nigéria au tournant du siècle; et il semble déterminé à rester engagé avec le pays - une visite officielle en 2018 a été marquée par un voyage dans une célèbre discothèque de Lagos.

Mais si la culture compte, la diplomatie économique reste au cœur de l'affaire. Il y a eu récemment une vague d'activité franco-nigériane:

  • En 2020, la société énergétique française Axens a signé un accord pour aider à la raffinerie de plusieurs milliards de dollars en construction pour le groupe nigérian BUA en 2020.
  • La plateforme Egina du géant pétrolier français Total, une usine de 200000 barils par jour, a commencé sa production en décembre 2018.
  • La France est également le deuxième créancier bilatéral du Nigéria, après la Chine, à travers l'Agence française de développement. Il a investi plus de 2 milliards d'euros (2,4 milliards de dollars) au cours des 10 dernières années, finançant 35 projets de développement, selon des responsables gouvernementaux.

Riester, ministre français du commerce extérieur et de l'attractivité, déclare dans une interview accordée à notre confère The Africa Report à Abuja qu'il souhaite voir «plus de partenariats entre nos deux pays, plus d'entreprises françaises qui investissent ici, plus d'entreprises nigérianes à investir en France et plus d'exportations et importations entre nos deux pays. »

Solidifier les liens

Riester était à Abuja et à Lagos dans le cadre d'une visite de deux jours au Nigéria les 13 et 14 avril. Il a rencontré son homologue, le ministre nigérian de l'Industrie, du Commerce et de l'Investissement Otunba Niyi Adebayo, ainsi que des représentants de Fanmilk / Danone, CFAO, Spie, Biogaran et Vinci Energies.

À Lagos, il a rencontré les membres du Dialogue d'affaires franco-nigérian, dont son président, le président du groupe BUA Abdul Samad Rabiu , le directeur général d'Access Bank Herbert Wigwe et le président du groupe Dangote, Aliko Dangote. Le ministre a également visité la concession portuaire de l'île de Tin Can, gérée par Bolloré, ainsi que le projet Eko Atlantic City.

Cette visite était une tentative de s'appuyer sur les priorités fixées par le président Macron lors de sa visite officielle au Nigéria en juillet 2018. C'était aussi un signe de la «volonté de Paris de changer le récit des relations entre l'Afrique et la France», dit Riester.

Le Nigéria est le premier partenaire commercial de la France en Afrique subsaharienne, avec un commerce bilatéral entre les deux pays avoisinant les 5 milliards de dollars en 2019. Avec l'avènement de la pandémie de coronavirus, ce chiffre a chuté de 2,3 milliards de dollars en 2020, selon Riester. Il dit vouloir une situation gagnant-gagnant où les entreprises nigérianes peuvent s'implanter en France, tout comme plus de 100 entreprises françaises l'ont fait au Nigéria.

Le déficit commercial du Nigéria s'élevait à 7,37 milliards de nairas (19,3 milliards de dollars) en 2020, tandis que son commerce total s'élevait à 32,42 milliards de nairas, selon les données du Bureau national des statistiques. Le déficit commercial du Nigéria a été alimenté par des facteurs tels que la pandémie de coronavirus, la crise des changes, l'insécurité et la congestion des ports, entre autres.

Finance pour le développement

«Nous travaillons pour une nouvelle façon plus durable et plus équitable de financer, de financer les économies africaines. Le président Macron organise un sommet sur cette question spécifique en mai, à Paris, ce qui est très important pour nous », a déclaré Riester. «Nous voulons trouver des moyens d'aider les entreprises nigérianes à créer plus d'emplois pour créer plus de croissance, avec des partenariats par exemple autour des questions de sécurité, de corruption, de législation et de réglementation.»

«Et nous pensons que nous y sommes engagés sur le long terme parce que nous voulons une collaboration gagnant-gagnant. Nous voulons investir dans tout le Nigéria, pas seulement à Lagos ou à Abuja. Le Nigéria est un marché énorme », déclare Riester. Il a également souligné que la France souhaite aller plus loin au-delà des régions francophones de l'Afrique, où elle est déjà bien représentée.

Un domaine dans lequel Abuja et Paris ne se sont pas mis d'accord est celui du déploiement des modifications du franc CFA. Alors que les pays francophones utilisant le franc CFA - pilotés par la Côte d'Ivoire - ont poussé à une évolution vers une nouvelle monnaie - dissociée de l'euro et appelée l'éco - cela n'a pas été fait de concert avec la plus grande Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest à l'irritation d'Abuja.

Les détails des rencontres du ministre français avec le ministre nigérian des Finances Zainab Ahmed n'ont pas été rendus publics au moment du dépôt de ce rapport.

Au niveau de l'État

En ce qui concerne les gouverneurs des États du Nigéria, l'appétit pour plus d'engagement avec la France semble fort, dit Riester. Actuellement, 15 millions d'euros de financement de la France aident le gouvernement de l'État d'Oyo à moderniser ses systèmes de santé, ce qui, selon Riester, est le premier prêt concessionnel à l'État.

Lors d'une réunion avec le forum des gouverneurs mardi, les gouverneurs des États de Borno, Plateau, Kaduna, Enugu, Ondo, Edo, Kogi et Oyo, entre autres, ont déclaré qu'ils étaient plus que disposés à s'engager avec la France dans les domaines de la sécurité, de l'agriculture, l'exploitation minière, ainsi que l'eau, l'assainissement et l'hygiène.

«Le Nigéria est comme un gros pot, avec tant d'opportunités. Il ne vous reste plus qu'à décider où vous pensez pouvoir apporter de la valeur », a déclaré le gouverneur de l'État de Rivers, Benedict Ayade. Il tient à avoir des usines de transformation, en particulier des chocolateries, dans son état.

Choisir des partenaires

Avec une forte concurrence mondiale continue pour les contrats au Nigéria dans des pays tels que les États-Unis et la Chine, Riester considère les entreprises françaises qui soutiennent la croissance et l'expansion des entreprises nigérianes comme un avantage clé.

Le groupe nigérian BUA a signé un contrat avec le français Axens pour un nouveau projet de raffinerie l'année dernière. L'accord a été scellé à Paris entre le président du groupe BUA, Rabiu, et le PDG d'Axens, Jean Sentenac, après qu'Axens ait remporté un contrat de licence de technologies de raffinage clés au groupe BUA.

«Nous aidons les entreprises à venir au Nigéria pour rencontrer des entreprises nigérianes. Pour ce faire, Macron a lancé un conseil d'entreprise franco-nigérian, un moyen important de développer ces partenariats », déclare Riester. «Et nous avons construit un programme spécifique pour investir dans les start-ups africaines, et plus particulièrement au Nigeria, appelé Choose Africa», déclare Riester.

«Et nous avons une autre initiative, Choose France, un événement [annuel] organisé par le président Macron et moi pour accueillir de nombreuses grandes entreprises du monde entier de différents pays, réunies à Paris, pour se rencontrer, pour voir comment la France est en transformation, afin que nous puissions avoir un meilleur environnement pour les affaires. » Le prochain sommet Choose France aura lieu à Versailles le 28 juin et présentera les entreprises nigérianes, a déclaré le ministre.

La vision à long terme de Paris «signifie que nous sommes ici quand les choses vont bien mais aussi quand les choses tournent mal», dit Riester. «Je pourrais mentionner la crise du Covid-19 - nos entreprises sont restées ici et leurs équipes également.» La France est également un membre de premier plan du programme COVAX pour aider à stimuler la distribution de vaccins en Afrique.

Il affirme que la France souhaite investir dans la formation et les partenariats entre les entreprises françaises et nigérianes, soulignant l'expertise des entreprises françaises dans les domaines de l'énergie, des énergies renouvelables, de l'agro-industrie, de la logistique, de l'assainissement et de la construction.

Riester affirme que le modèle à long terme de l'investissement français au Nigéria donne à la France un avantage sur d'autres pays, qui peuvent être plus opportunistes: «Je préfère ne mentionner aucun pays [en particulier].

Passé, présent et futur

Alors, comment traite-t-il la critique de la manière dont la France s'est engagée avec l'Afrique dans le passé, une histoire connue sous le nom de Françafrique -  synonyme de corruption et de contrôle postcolonial?

La réponse de Riester est de prendre le contrôle des mains des politiciens. «Le président Macron a prononcé en 2017 un discours important, évoquant une nouvelle base pour les relations entre la France et l'Afrique. Nous voulons travailler sur une manière durable et équitable de financer les économies africaines », déclare Riester.

«Mais nous voulons aussi que notre société civile travaille directement avec la société civile africaine. Il y aura un sommet à Montpellier en juillet pour favoriser les rencontres entre le secteur privé mais aussi dans la science, le sport, la culture - nous pensons que c'est la nouvelle façon de construire le partenariat, de bas en haut, des acteurs de la société civile, avec la jeunesse au cœur de celui-ci. Ce sera le ciment de la nouvelle relation. »

10€ DE RÉDUCTION SUR LE VIN ESPAGNOL MARQUÉS DE RISCAL RESERVA 2016 QUI TRIOMPHE DANS TOUTE 10€ DE RÉDUCTION SUR LE VIN ESPAGNOL MARQUÉS DE RISCAL RESERVA 2016 QUI TRIOMPHE DANS TOUTE REDMAGIC6disponible REDMAGICPRODISPONIBLE

Faites un don aujourd’hui pour soutenir le journalisme indépendant. RadioTamTam est une station de radio de musique, Country, Française et du monde en ligne et s’appuie sur les dons des communautés du monde entier pour pouvoir maintenir l’excellente de la musique country, Rap, pop et du monde que vous écoutez également. Votre soutien et vos contributions nous permettrons d’atteindre nos objectifs et d’améliorer les conditions de travail. Votre don va financer notre mission. Vous pouvez faire votre don à notre station maintenant. Vous pouvez nous apporter votre soutien aujourd'hui. Pour toute personne souhaitant figurer sur la liste des lève-tôt, veuillez envoyer un e-mail à contact@radiotamtam.info

Et merci d'avoir lu. 

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article