AFRIQUE2050 : Mo Ibrahim sur ce dont l'Afrique a besoin en ce moment

04 mai 2021 à 00h25 - 898 vues

Par RadioTamTam

« Le progrès, la paix et les jeunes » sont la clé de l’avenir de l’Afrique, selon Mo Ibrahim»

Le progrès, le développement et la paix sont les fondements d'un avenir radieux pour le continent africain, a déclaré le Dr Mo Ibrahim à Africanews. «Le problème en Afrique, nous avons beaucoup de vieillards qui dirigent le continent. Et ce n'est pas vraiment utile. Nous devons partir de là et bâtir un gouvernement plus progressiste, plus jeune, plus actif, qui se concentre vraiment sur le développement à la fois de nos ressources humaines et de nos ressources naturelles. Et nous avons besoin de paix. Nous avons besoin de la paix en Afrique parce que les conflits détruisent le gouvernement et nos chances d'avancer. »

Le Dr Mo Ibrahim est un milliardaire soudano-britannique qui a trouvé fortune dans les télécommunications et a ensuite créé la Fondation Mo Ibrahim pour encourager une meilleure gouvernance en Afrique. La fondation a également créé l'Indice Ibrahim de la gouvernance africaine, pour évaluer la performance des nations. Il s'est entretenu avec Africanews alors que le diffuseur célébrait son cinquième anniversaire et interviewait des dirigeants et des icônes culturelles qui façonnent le continent

Le progrès, le développement et la paix sont les éléments fondamentaux d’un avenir radieux pour le continent africain, a déclaré M. Mo Ibrahim à Africanews.

« La démocratie et l’État de droit sont très importants et nous devons vraiment y prêter beaucoup d’attention. Mais ce n’est pas toute l’histoire. Les gens ne peuvent pas manger la démocratie », a-t-il dit.

« Si nous avons la démocratie, mais qu’il n’y a pas de nourriture sur la table ou que nous avons la famine, ce que nous allons faire de la démocratie. »

M. Mo Ibrahim est un milliardaire soudano-britannique qui a trouvé fortune dans les télécommunications et a par la suite créé la Fondation Mo Ibrahim pour encourager une meilleure gouvernance en Afrique. La fondation a également créé l’Indice Ibrahim de gouvernance africaine, pour évaluer les performances des nations.

Il s’est adressé à notre confrère Africanews alors que le radiodiffuseur célèbre son cinquième anniversaire et interviewer des dirigeants et des icônes culturelles qui façonnent le continent.

« Nous devons développer des compétences, nous avons besoin de plus d’écoles techniques parce que c’est l’éducation pour l’emploi », a déclaré Ibrahim.

« Les gens peuvent trouver du travail avec. Il est important d’écouter les jeunes parce que l’avenir leur appartient, pas nous, les vieillards.

Il a également déclaré : « Nous avons besoin de paix en Afrique parce que le conflit détruit le gouvernement et nos chances d’aller de l’avant. »

Vous pouvez regarder l’interview complète dans le lecteur vidéo ci-dessus.

Ibrahim, tous les deux ans, votre fondation publie un indice mondial de gouvernance en Afrique. Le dernier rapport, en 2020, était plutôt inquiétant. À quoi ressemble la situation aujourd’hui?

Bien sûr, nous avons maintenant le problème de la pandémie, qui menace non seulement la santé de notre population, mais aussi notre situation économique. Et pour la première fois en plus de 25 ans, nous avons commencé à voir une récession en Afrique alors que l’Afrique ne cessait de croître au cours des 25 dernières années.

Bien sûr, c’est Covid et le résultat de celui-ci, qui est non seulement limité à l’Afrique, mais partout, mais il nous frappe fort parce que nous n’avons pas l’espace budgétaire qui, comme d’autres pays ont, qui leur a permis d’emprunter massivement pour soutenir le citoyen et soutenir l’entreprise.

Il n’y a pas un tel soutien pour notre entreprise en Afrique ou pour notre peuple. Nous leur demandons de rester à la maison et ils ne peuvent pas gagner d’argent, malheureusement. En Europe et ailleurs, les gens s’assoient à la maison et reçoivent leurs chèques de paie.

Dans quelle mesure le continent africain s’est-il amélioré ou régressé au cours des cinq dernières années?

Eh bien, en fait, c’est un tableau mitigé pour l’Afrique, malheureusement, au cours des dernières années, nous avons vu une détérioration des droits des citoyens, la participation et la démocratie. C’est vraiment malheureux. Et cette tendance a été appliquée pendant la covid parce que certains dirigeants utilisent également des mesures restrictives autour de la crise sanitaire pour adopter des lois plus répressives. Et nous pouvons voir des gens interdire aux opposants politiques de se rassembler pendant qu’ils remettent leurs propres rassemblements politiques, etc.

Donc, il a été une répression vraiment aussi à cause de covid, malheureusement, il a été mal utilisé dans certains cas. D’un autre côté, il y a des points positifs. Je veux dire, nous voyons qu’il y a du développement dans le domaine de l’infrastructure et du développement humain en général. Il continue d’aller de l’avant. Mais nous sommes préoccupés par l’État de droit, la transparence et les droits des citoyens en général, qui se détériorent.

La gouvernance se limite-t-elle au respect de la démocratie, du droit et de la transparence ?

La démocratie et l’État de droit sont très importants et nous devons vraiment y prêter beaucoup d’attention. Mais ce n’est pas toute l’histoire. Les gens ne peuvent pas manger la démocratie. Je veux dire, si nous avons la démocratie, mais il n’y a pas de nourriture sur la table ou si nous avons la famine, ce que nous allons faire avec la démocratie.

Nous ne pouvons pas manger la démocratie. Il est important de créer des emplois, d’améliorer l’éducation et la santé, le développement économique. Les gens ont besoin d’eau potable. Les gens ont besoin d’avoir accès à l’énergie et à l’énergie. La gouvernance est un panier, un panier de biens publics. et la mauvaise économie sur le développement humain, mais aussi sur l’État de droit et sur la démocratie, et nous devons voir des progrès dans tout cela. Il n’y a pas de compromis.

Plusieurs pays africains connaissent actuellement des situations extrêmement complexes : Tchad, Somalie, Ethiopie pour n’en nommer que quelques-uns. Certains dirigeants africains s’accrochent au pouvoir, les conflits se démentent. Il y a aussi l’impact de la pandémie, ainsi que la question migratoire.

Face à tous ces paramètres, que pensez-vous que l’avenir réserve à l’Afrique dans les 5 prochaines années ?

Chaque crise a une lueur d’espoir. Il nous permet de réinitialiser. Nous devons réinitialiser maintenant et réfléchir à nouveau à la façon dont nous allons passer à autre chose à partir d’ici. Et c’est important de revoir notre chemin de développement sur la bonne voie pour avoir une autosuffisance raisonnable sans interruption des routes commerciales. Ce que cela nous a fait, quelqu’un qui a eu des problèmes, mais nous en avons besoin pour vraiment bâtir une économie plus résiliente.

Et aussi, j’espère une économie plus verte. Je me demande quels grands changements ont aussi nos jeunes. La majorité de notre population est jeune. Nous devons faire attention à nos jeunes qui ne savent pas perdre plus de gens au Sahara ou en Méditerranée. Nous devons créer des emplois. Nous devons améliorer l’éducation. Et cela devrait être l’éducation pour l’emploi. Nous devons développer des compétences, nous avons besoin de plus d’écoles techniques parce que c’est l’éducation pour l’emploi. Les gens peuvent trouver du travail avec. Il est important d’écouter les jeunes parce que l’avenir leur appartient, pas nous, les vieillards.

Je veux dire, le problème en Afrique, nous avons beaucoup de vieillards qui courent le continent. Et ce n’est pas vraiment utile. Nous devons aller de l’avant et bâtir un gouvernement plus progressiste, plus jeune et plus actif, qui se concentre vraiment sur le développement des deux, de nos ressources humaines et de nos ressources naturelles dans le corps dur. Et nous avons besoin de paix. Nous avons besoin de paix en Afrique parce que le conflit détruit le gouvernement et nos chances d’aller de l’avant.

Africanews célèbre son cinquième anniversaire. Un canal panafricain qui donne accès à des informations indépendantes et fiables donnant la parole aux Africains est-il plus crucial que jamais pour le continent ?

Eh bien, je veux d’abord dire joyeux anniversaire et félicitations. Nous avons besoin de plus en plus de médias indépendants parce que c’est très important. Est-ce le temps et l’âge où il ya tellement de mégaphones là-bas pour avoir des plates-formes vraiment fiables et décent.

Nous avons besoin de la vérité, nous avons besoin des faits, et nous avons besoin d’espoir.

SOURCE: ACTUALITÉS AFRIQUE

Tous les produits présentés dans cette histoire sont sélectionnés indépendamment par nos éditeurs. Toutefois, lorsque vous achetez quelque chose par le biais de nos liens de vente au détail, nous pouvons gagner une commission d’affiliation pour financer les charges de la station radio, vous pouvez nous soutenir en faisant vos achats

10€ DE RÉDUCTION SUR LE VIN ESPAGNOL MARQUÉS DE RISCAL RESERVA 2016 QUI TRIOMPHE DANS TOUTE 10€ DE RÉDUCTION SUR LE VIN ESPAGNOL MARQUÉS DE RISCAL RESERVA 2016 QUI TRIOMPHE DANS TOUTE Redmagic6

Faites un don aujourd’hui pour soutenir le journalisme indépendant. RadioTamTam est une station de radio de musique, Country, Française et du monde en ligne et s’appuie sur les dons des communautés du monde entier pour pouvoir maintenir l’excellente de la musique country, Rap, pop et du monde que vous écoutez également. Votre soutien et vos contributions nous permettrons d’atteindre nos objectifs et d’améliorer les conditions de travail. Votre don va financer notre mission. Vous pouvez faire votre don à notre station maintenant. Vous pouvez nous apporter votre soutien aujourd'hui. Pour toute personne souhaitant figurer sur la liste des lève-tôt, veuillez envoyer un e-mail à contact@radiotamtam.info Et merci d'avoir lu.

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Become a Patron!

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article