AFRIQUE2050 : Le spectacle parisien du photographe kényan Thandiwe Muriu se démarque en se mêlant

11 juillet 2021 à 19h06 - 339 vues

Par RadioTamTam

Le voyage de la photographe kenyane Thandiwe Muriu dans la photographie a commencé à 14 ans, lorsque son père lui a appris, ainsi qu’à ses sœurs, à utiliser les appareils photo numériques. « J’aime dire avant cela que j’avais tout cet art en moi qui cherchait un exutoire mais qui n’en avait pas encore trouvé. Dès ma première interaction avec l’appareil photo, je savais qu’il y avait un lien entre la photographie et moi », dit-elle.  

Elle s’est lancée dans la photographie commerciale et, finalement, sur les conseils d’un collègue photographe, a commencé à explorer son propre style. Cela a donné naissance à son exposition actuelle, CAMO, un projet qui a commencé en 2015, maintenant à la Galerie 193 à Paris. Le concept a commencé comme un moyen d’apprécier le tissu africain, mais Muriu a rapidement réalisé qu’il y avait tellement plus à dire.

 

« Si je parle de beauté africaine, je dois me concentrer sur plus que ce que nous portons et explorer qui nous sommes et comment cela nous rend particulièrement beaux », dit-elle. « Je suis tellement fier de venir de ce continent! Pour moi, être africain, c’est être coloré et plein de vie », dit-elle.

Dans cet esprit, Muriu s’est intéressé à certains articles, objets et styles qui reflètent sa culture kenyane. « Nous portons souvent nos cheveux en tresses ou lissage chimique, même si nous avons une riche histoire de belles coiffures architecturales qui sont oubliées. J’intègre cela dans mon travail pour susciter la conversation sur la façon dont nous pouvons le porter aujourd’hui. J’aime appeler cela 'moderniser l’histoire' », ajoute-t-elle. « Notre peau foncée est aussi l’une de nos caractéristiques les plus frappantes et je veux encourager les jeunes filles à célébrer cela. »

Bien qu’explorant des thèmes sérieux et stimulants, Muriu voulait les aborder d’une manière plus accessible et ludique. Pour ce faire, elle a utilisé des tissus graphiques comme toiles de fond et des objets du quotidien comme accessoires - des articles que chaque Kenyan a chez lui. Des objets tels que des dessus de bouteilles, des peignes en plastique, des tamis, des pailles et même des brosses de nettoyage de bouteilles sont en vedette.

 

« Les Kenyans sont des gens très débrouillards et l’une des choses les plus courantes que je vois est des objets utilisés pour autre chose que leur but. Par exemple, des miroirs portables en plastique utilisés comme rétroviseurs latéraux sur un vélo qui traverse la circulation, ou même comme accessoires vestimentaires décoratifs sur un guerrier masaï! », explique-t-elle.

Elle a étendu cette idée dans l’œuvre. Les peignes de sa pièce intitulée Camo 2.0 4452 sont universellement utilisés par les hommes et les femmes au Kenya; les lunettes de Camo 08 sont fabriquées à partir d’épingles à cheveux que l’on trouve souvent dans les étals de cheveux; tandis que les cheveux du bouchon de bouteille dans Camo 11 sont directement inspirés de la façon dont les boissons gazeuses se rattachent à sa propre culture.

« Dans la tribu Kikuyu, les sodas sont utilisés dans le cadre du processus de négociation de la dot. Si la future mariée consent au mariage, elle verse un soda pour la belle-famille lorsque son fiancé vient officiellement lui demander sa main », explique-t-elle.

Les tissus ont également une signification. En toile de fond, ils célèbrent la culture de Muriu. Au-delà de cela, cependant, ils ont également une signification plus profonde. « La série s’intitule CAMO en raison de la façon dont le sujet de chaque image se camoufle en arrière-plan. C’est un commentaire sur le nombre de fois où nous pouvons nous perdre dans notre culture et notre communauté et pourtant il y a des choses si uniques à propos de chaque individu. C’est un peu ironique - je veux que mes modèles se fondent dans l’arrière-plan même s’ils se démarquent », dit-elle.

Tous les produits présentés dans cette histoire sont sélectionnés indépendamment par nos éditeurs. Toutefois, lorsque vous achetez quelque chose par le biais de nos liens de vente au détail, nous pouvons gagner une commission d’affiliation pour financer les charges de la station radio, vous pouvez nous soutenir en faisant vos achats.

Children's Day Special Offer

S’il vous plaît aidez-nous à rester à l’antenne RadioTamTam est une station de radio privée de musique rap, country et du monde en ligne et compte sur les dons des communautés du monde entier pour pouvoir maintenir la grande musique que vous écoutez également. Votre soutien et vos contributions nous permettront d’atteindre nos objectifs et d’améliorer les conditions. Votre généreux don financera notre mission.

L’équipe de RadioTamTam Propulsé par HelloAsso

Become a Patron!

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article